énervement


énervement

énervement [ enɛrvəmɑ̃ ] n. m.
• 1413; de énerver
1Vx Affaiblissement.
2(1910) État d'une personne énervée. agacement, agitation, excitation, impatience, nervosité. « une feinte indifférence sous laquelle je tâchai de déguiser mon énervement » (Proust).
⊗ CONTR. 1. Calme.

énervement nom masculin État de quelqu'un qui est énervé ; agacement, surexcitation. ● énervement (difficultés) nom masculin Sens Ne pas confondre ces deux substantifs de sens différent qui correspondent à un verbe unique, énerver. 1. Énervement = irritation, agacement. 2. Énervation= supplice consistant à brÛler les nerfs (c'est-à-dire les tendons) du jarret, au Moyen Âge. Au figuré, abattement, affaiblissement : l'énervation de la volonté. Registre littéraire. ● énervement (synonymes) nom masculin État de quelqu'un qui est énervé ; agacement, surexcitation.
Synonymes :
- hâte
- nervosité
Contraires :
- impassibilité
- placidité
- sérénité
- tranquillité

énervement
n. m. état d'une personne énervée. Elle s'est mise à sangloter d'énervement.

⇒ÉNERVEMENT, subst. masc.
A.— Littér. État d'une personne ou d'un groupe de personnes qui manque de vigueur, d'énergie. Le jour où il avait cessé d'être nécessaire que la France fût un soldat, l'excès de la centralisation était devenu pour la nation une cause d'énervement (L. Blanc ds JOURNET-PETIT t. 3 1968).
Au plur. Accès de faiblesse. Ces malaises, ces marasmes qui me dévoraient tout vivant, m'ont laissé plein d'énervements et plus débile qu'un nouveau-né (DU CAMP, Mém. suic., 1853, p. 305).
B.— Usuel. État d'une personne en proie à l'irritabilité, la nervosité, l'excitation. Cette nouvelle répandue (...) dans tout le personnel de l'état-major, accentua l'énervement que je constatais autour de moi (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 345) :
Quand l'insomnie, mal des philosophes, s'accroît de l'énervement dû aux bruits de la ville, quand, place Maubert, tard dans la nuit, les automobiles ronflent, que le roulement des camions me fait maudire ma destinée de citadin, je trouve un apaisement à vivre les métaphores de l'océan.
BACHELARD, La Poétique de l'espace, 1957, p. 43.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1413, 25 mai « action d'affaiblir quelque chose » enervement ... de toutes nos finances (Ord. ds GDF. Compl.), exemple isolé; av. 1747 « état de ce qui est abattu » énervement des courages (VAUVEN., Él. de L. XV ds LITTRÉ); 1867 « état d'une personne dont les nerfs sont agacés » (ZOLA, Th. Raquin, p. 189). Dér. du rad. de énerver; suff. -(e)ment1. Fréq. abs. littér. :269. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 9, b) 198; XXe s. : a) 685, b) 616.

énervement [enɛʀvəmɑ̃] n. m.
ÉTYM. 1413, « action d'affaiblir (qqch.) »; rare jusqu'au XVIIIe; de énerver.
1 (Av. 1747). Vx. Diminution d'énergie, de force. Affaiblissement, énervation.
1 La paix nous reproche l'énervement des courages et la corruption des esprits (…)
Vauvenargues, Éloge de Louis XV, in Littré.
Un, des énervements : moment, accès de faiblesse.
2 (1867). Mod. ( Énerver, II.). État d'une personne incapable de maîtriser ses nerfs. Agitation, excitation, surexcitation. || Il était dans un état d'énervement indescriptible. Irritabilité, nervosité. || Être mort d'énervement et de fatigue (→ Claquer, cit. 7). || Mots prononcés dans un moment d'énervement. || Pleurer d'énervement. Agacement, impatience, irritation. || Maîtriser son énervement (→ Déguiser, cit. 12).
2 Ils font d'abord rire, puis ricaner; à la fin, leur comique est pareil à la chatouille interminable de la pensée : on crève d'ennui et d'énervement à ce rire.
André Suarès, Trois hommes, « Dostoïevski », p. 253.
3 Il avait aussi de ces énervements terribles, douloureux, et extrêmement rares comme en ont les éléphants lorsque, quittant une tranquillité qui leur a coûté des années de surveillance, ils s'abandonnent à la colère pour une bagatelle.
Henri Michaux, Plume, Difficultés, p. 109.
Un, des énervements : occasion, cause d'énervement; moment où l'on est énervé. || Un énervement passager.
CONTR. Calme, impassibilité, placidité, sérénité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ÉNERVEMENT — n. m. état d’une personne énervée, surexcitée, incapable de maîtriser ses nerfs. D’où vient l’énervement où je vous vois? Fig., L’énervement des esprits …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • énervement — (é nèr ve man) s. m. État de ce qui est énervé. •   La paix nous reproche l énervement des courages et la corruption des esprits, VAUVENARGUES. Él. de L. XV. •   Qu avait gagné la royauté à cet énervement politique de la nation ? la faculté de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Énervement — Colère « Coup de gueule » redirige ici. Pour l album de Tiken Jah Fakoly, voir Coup de gueule (album) …   Wikipédia en Français

  • énervement — nm. énarvamê (Albanais), énèrveman / énèrvaman nm. (Saxel) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • agacement — [ agasmɑ̃ ] n. m. • 1549; de agacer ♦ Énervement fait d impatience et de mécontentement. ⇒ irritation. « quand il n avait personne d autre à qui témoigner son agacement » (Proust). Manifester son agacement. Geste d agacement. ● agacement nom… …   Encyclopédie Universelle

  • excitation — [ ɛksitasjɔ̃ ] n. f. • v. 1300, rare jusqu au XIXe; lat. excitatio 1 ♦ Action d exciter (qqn); ce qui excite. ⇒ encouragement, invitation. « Rien n y manque pour aggraver l émeute, ni les excitations plus vives pour la provoquer » (Taine). ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • irritation — [ iritasjɔ̃ ] n. f. • v. 1400; lat. irritatio 1 ♦ État d une personne irritée. ⇒ agacement, colère, énervement, exaspération. Être au comble de l irritation. Une colère sourde « couvait en lui, et une irritation incessante » (Maupassant). 2 ♦… …   Encyclopédie Universelle

  • impatience — [ ɛ̃pasjɑ̃s ] n. f. • impacience v. 1190; lat. impatientia 1 ♦ Manque de patience; incapacité habituelle de se contenir, de patienter. L impatience de la jeunesse. ⇒ impétuosité. 2 ♦ Manque de patience pour supporter (⇒ agacement, énervement,… …   Encyclopédie Universelle

  • nervosité — [ nɛrvozite ] n. f. • 1829; « vigueur » 1553; lat. nervositas ♦ État d excitation nerveuse passagère. ⇒ énervement; agacement, éréthisme, exaspération, irritation, surexcitation. Être dans un état de grande nervosité. ⊗ CONTR. 1. Calme. ●… …   Encyclopédie Universelle

  • déguiser — [ degize ] v. tr. <conjug. : 1> • fin XIIe; de dé et guise « manière d être » 1 ♦ Vêtir (qqn) de manière à rendre méconnaissable. ⇒ accoutrer, affubler, costumer. Déguiser un homme en femme. ⇒ travestir. 2 ♦ SE DÉGUISERv. pron.Cour. S hab …   Encyclopédie Universelle